«Comprendre la gitanité. D’où provient la marginalité gitane»

Comprendre la gitanité. D’où provient la marginalité gitane – Revue Le Grand Continent, L’École normale supérieure.

Artículo en coautoría con Guillaume Desbarres.


Resumen:

Le terme «gitanité» est absent des divers dictionnaires français. Toutefois, le sens de ce terme nous semble relativement évident et la définition pourrait être: ensemble de critères constituant l’identité gitane. En Espagne, l’équivalent de gitanité est le mot gitanidad, lui-même absent du dictionnaire de la Real Academia Española, qui fait autorité dans le monde hispanophone. Cette absence n’est pas sans évoquer une polémique datant de 2015 à l’origine de la campagne #YoNoSoyTrapacero, soit #JeNeSuisPasFourbe. En effet, l’une des acceptions du terme gitano, selon la RAE, renvoyait précisément au terme trapacero. Cette présence ambivalente des gitans dans les dictionnaires espagnols comme français est assez révélatrice d’un manque, d’une absence de représentation de ces populations de ces deux pays. Le dictionnaire est un lieu de pouvoir comme un autre, au sein duquel se déroule autant une lutte pour la reconnaissance que contre les stéréotypes ayant libre cours au sein d’une culture dominante et donc, légitime. D’où provient la marginalité gitane? Il s’agit tout d’abord de faire référence à l’exil originel, difficilement datable (entre le X è et XII è siècle de notre ère) d’une population provenant d’Inde et émigrant vers l’Ouest, en s’établissant dans les divers pays qu’ils traversent. C’est au contact de locuteurs de langues différentes qu’ils gagnent leurs diverses dénominations (Gypsies pour les anglophones, Romanichels pour les francophones, Tsiganes pour les Byzantins ou Manouches pour les germanophones), introduisant par là-même l’Orient en Occident[1].Cependant, ces migrants ne sont pas des migrants comme les autres. Ou plutôt ne le sont plus. En effet, selon la littérature sociologique, un migrant est en relation entre un territoire de départ et d’arrivée, impliquant lui-même l’appartenance au moins partielle à deux Etats, deux cultures.

Rafael Buhigas Jiménez

Más información curricular en: https://www.ucm.es/udcontemporanea/buhigas-jimenez,-rafael y https://ucm.academia.edu/RafaelBuhigasJimenez

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterYouTube


Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.